°* Tricot *° Un gilet de Reine

Gilet Reine

Aujourd’hui, je vous parle d’un projet qui m’a d’abord interpellé par son nom : le cardigan Reine.

Petit aparté

Ma grand mère s’appelle Reine. Née le jour des rois, ses parents ont décidé de rester dans le thème de la journée ! En tant que première petite fille de la famille, j’ai donc l’honneur de porter ce prénom également. Mamie et moi avons ce lien particulier, nous partageons une passion pour les arts créatifs, en particulier le tricot et la couture. C’est elle qui m’a appris à tricoter et crocheter, et j’avoue regretter ne pas avoir commencé la couture plus tôt afin de profiter de ses conseils avisés de couturière de formation. M’enfin… Cela reste un tel plaisir et une telle fierté de voir ses yeux briller quand je lui montre mes réalisations !

Aujourd’hui donc, parlons de ce gilet portant son prénom, magnifiquement porté par Mlle Hortense !

Le modèle

Le cardigan Reine est un modèle de Brooklyn Tweed écrit par Alexis Winslow. C’est un modèle en anglais certes mais extrêmement bien expliqué ! Si vous aviez envie de vous lancer, sachez que j’ai mis à dispo une page « trucs et astuces » avec notamment les liens vers 2 très bons articles du site intheloop sur le sujet !

Sa construction est travaillée, on commence par le bas mais le modèle est pourtant sans couture (enfin, presque sans couture puisqu’il faut en faire une toute petite de rien du tout pour connecter devant et dos au niveau des épaules).

Au bas du corps et aux poignets, quelques rangs de point de gaudron viennent casser la simplicité du jersey,  ainsi que le travail du haut du corps avec ses rangs de jersey envers. Mais ce qui m’a séduite avant tout dans ce modèle, c’est la bordure en torsades : wouahou ! Double effet kiss cool !

Gilet Reine

Le matériel

Parlons maintenant de la laine utilisée. Je voulais une laine qui permette de garder ce cardigan souple et doux, mais avec de la tenue vue la taille du bestiau ! Après de nombreuses recherches, j’ai fini par jeter mon dévolu sur la Bamboulène de Cheval Blanc en coloris Anthracite, qui contient 50% de laine et 50% de viscose de bambou. J’ai profité de la visite de ma copine Tata Tricot à l’usine UTE pour lui passer une petite commande.

Ce projet a été l’occasion d’utiliser mes aiguilles HiyaHiya sur une longue période, ce cardigan ayant failli devenir un petit boulet. Ma persévérance aura été plus forte que mon envie de commencer autre chose ! Mes HiyaHiya sont l’autre raison de ne pas avoir mis ce tricot de côté : elles sont très agréables, glissent parfaitement, et le câble ne pose jamais de problème de torsion.

Petite précision pour les bidouilleuses de torsades comme moi : l’utilisation d’une aiguille à torsade est vivement recommandée pour les bordures (oui j’avoue, j’ai tenté sans… mais que pour la première…).

Gilet Reine

Ma réalisation

Comme à chaque fois, je n’ai pas pu m’empêcher de modifier un peu le modèle. J’ai une silhouette assez tassée (oui oui, on peut le dire comme ça !), et j’ai aussi eu un peu peur du potentiel rendu « le père Noël est une ordure » sur moi. J’ai donc décidé que mon cardigan couvrirait tout juste ce qu’il faut de mon postérieur, et j’ai profité d’un échantillon trop grand pour tricoter la taille en dessous de la mienne. De tout ça résulte une veste juste à la longueur souhaitée et très cintrée pour casser le côté mémère que je n’assumais pas du tout. J’avais tellement hâte de finir que je n’ai pas pris le temps de rallonger un peu les manches, j’ai naïvement pensé pouvoir ajuster la longueur au blocage. Ce qui est le cas mais elles restent tout de même un peu juste à mon goût.

J’ai également décidé de ne pas faire les poches. Dans un premier temps parce que je n’étais pas sure d’avoir suffisamment de laine, et au final je me suis fait à l’idée donc je ne les ai pas tricotées, malgré quasiment 2 pelotes restantes.

Gilet Reine

Enfin, la version initiale prévoit la fermeture du gilet par boutons. Je n’en ai pas mis mais les boutonnières sont faites, si jamais j’ai envie de les mettre plus tard. Les bordures torsadées permettent de camoufler les trous des boutonnières, donc c’est tout bon !

Voilà donc la présentation de mon gilet Reine. C’est une des rares fois où je n’ai rien tricoté d’autre pendant un projet, il m’aura donc fallu en tout quasiment 10 semaines pour en venir à bout (mais j’avoue ne pas avoir tricoté très assidûment pendant cette période). Le coût de revient est d’environ 25€, uniquement pour la laine puisque je n’ai pas mis de boutons. La page Ravelry du projet sera bien sûr à jour d’ici peu, le temps de peser ma dernière pelote entamée !

Et vous, vous êtes plutôt mono ou multi-projets ?

7 comments

  1. céline says:

    Il est très beau sur Hortense ! Je n’avais jamais vu de torsade comme ça sur le bord et je trouve que cela fait un gilet très travaillé et original. Bravo.

  2. Cindy says:

    Roooh très très joli! J’ai adoré te lire, la façon dont tu décortiques ton projet m’a beaucoup intéressée. Et puis tu ajoutes tous les liens qui vont bien c’est super! Merci!

Laisser un commentaire